Conséquences psychologiques de la chirurgie esthétique : les effets bénéfiques et les risques de séquelles

La chirurgie esthétique ou réparatrice a une fonction première : corriger les défauts esthétiques du corps. Il en découle généralement une satisfaction donc des effets positifs sur le moral. Quoi qu’il en soit, la chirurgie plastique n’est pas exempt de risques de séquelles psychologiques.

Conséquence psychologiques de la chirurgie esthétique

La chirurgie plastique : source de bien-être

Dans le cadre d’une chirurgie esthétique ou dans le cas d’une chirurgie réparatrice, l’intervention vise avant tout à améliorer l’aspect esthétique d’une ou de plusieurs parties du corps. La chirurgie plastique a en effet pour principal objectif de corriger un défaut ou une imperfection physique, plus ou moins importante, des défauts qui engendrent souvent des complexes. S’en débarrasser serait pour la personne le meilleur moyen d’avoir, de connaître ou de retrouver une bonne image de soi.

Pour de nombreuses personnes, l’apparence physique est assimilée à l’estime de soi. Le jugement sur soi-même dépendra alors de la qualité de cette apparence. Un défaut esthétique pourrait alors déformer voire détruire cette image de soi, source de mal-être et de souffrances psychologiques.

Des études ont démontrées que la plupart de personnes insatisfaites de leur apparence physique qui ont eu recours à la chirurgie plastique ont dans la grande majorité des cas une meilleure estime de soi, retrouvent une confiance en soi et accèdent in fine une meilleure qualité de vie. Les effets psychologiques positifs de la chirurgie plastique sont observés chez les personnes qui ont fortement souhaité l’intervention.

Les séquelles psychologiques de la chirurgie plastique : une réalité non dite

On ne peut pas nier qu’une intervention chirurgicale est souvent source de bien-être chez les uns, augmente le capital de séduction chez d’autres ou permet à certains de retrouver une bonne santé morale. Si les bienfaits psychologiques semblent évidents, il ne faut pas taire les risques de séquelles de la chirurgie plastique qu’on observe principalement chez les personnes ayant une ou plusieurs interventions au niveau du visage. Les séquelles psychologiques sont logiques dans le cas d’une chirurgie ratée, mais ce n’est pas toujours le cas. Le simple fait d’avoir changé de visage, d’apparence et donc d’identité provoque chez certaine personne un profond mal être.

C’est justement dans le but d’éviter toute séquelle psychologique que les bons chirurgiens plastiques accordent une attention toute particulière aux consultations préliminaires au cours desquelles le praticien demande au patient d’évoquer la raison de la décision.

En parallèle, le chirurgien plastique délivre des informations détaillées sur l’intervention souhaitée : le mode opératoire, le côté définitif du résultat, les éventuels risques médicaux, etc. Après avoir reçu toutes les informations nécessaires, le bon chirurgien accordera un temps de réflexion au candidat à la chirurgie esthétique qui peut, à partir de là, confirmer ou infirmer sa décision. L’absence de ce type d’entretien peut être source de méfaits psychologiques chez le patient qui aurait été mal informé.

Publié le 07/04/2016

Par le Docteur

Docteur Thierry KTORZA

Posez votre question à un chirurgien esthétique

Une réponse est donnée sous 24 heures maximum



* Champs obligatoires

NOUS CONTACTER

1.ÊTRE CONTACTÉ DANS LES 24HR

2.REMPLIR LE FORMULAIRE DETAILLÉ
3.NOS COORDONNÉES
Docteur Thierry KTORZA

Docteur
Thierry KTORZA

25 rue Raynouard
75116 PARIS

contact@lachirurgieesthetique.org

Tél. 01 44 05 13 15

Métro : Passy (ligne 6)