Implants mammaires en silicone ou sérum physiologique ?

De nombreuses femmes recourent aux implants mammaires pour correspondre à un idéal de beauté et avoir une belle poitrine. Nombreuses sont les stars qui ont fait ce choix, et il s’agit de l’une des opérations de chirurgie esthétique les plus prisées en France. Prothèses mammaires en silicone ou sérum physiologique, que choisir ? Décryptage de ces deux options.

implants-mammaires-serum-ou-silicone

Les implants mammaires en silicone : les avantages et inconvénients

En France, deux types d’implants mammaires sont autorisés par la loi. Ils peuvent être en silicone ou remplis de sérum physiologique. Tous deux possèdent une enveloppe en élastomère de silicone texturée ou lisse. Pour éviter qu’une coque ne se forme autour, il est préférable de s’orienter vers le premier type d’enveloppe. Les médecins recommandent généralement les prothèses en gel de silicone, car elles sont très naturelles au toucher et possèdent surtout un risque de rupture bien moindre que les implants remplis de sérum physiologique.

Par ailleurs, aucune maladie auto-immune ni aucun cancer n’ont été associés à leur utilisation. Pour celles qui comptent allaiter après la pose de cette catégorie de prothèse, il n’existe aucune contre-indication s’y rapportant. À noter qu’avec une durée de vie d’une quinzaine d’années, elle constitue un investissement rapidement amorti.

Les inconvénients liés aux implants mammaires en silicone concernent surtout la qualité du produit. On se rappelle le scandale des prothèses PIP qui ont provoqué des problèmes de santé suite à la rupture de l’enveloppe chez un grand nombre de patientes. En France, le gel de silicone a été interdit jusqu’en 2001, mais depuis que cette interdiction a été levée, les prothèses subissent un contrôle sévère de la part de l’Agence française de Sécurité sanitaire des Produits de Santé.

Le choix des implants au sérum physiologique

La seconde option proposée aux patientes désireuses de se faire poser des prothèses mammaires est l’implant en sérum physiologique, composé d’une solution saline. Bien qu’au toucher il soit moins naturel que l’implant rempli de gel de silicone, il est tout aussi esthétique. A noter qu’il n’est pas pré-rempli. C’est donc le chirurgien qui se charge de le remplir après que l’enveloppe ait été insérée sous le muscle pectoral.

L’énorme problème de ces implants réside dans leur taux de rupture très important de l’ordre de 30% à trois ans. C’est d’ailleurs pour cette raison que les autorités ont autorisé la réintroduction des gels de silicone en 2001. Par contre, en cas de rupture brusque ou progressive, la solution qu’il contient est rapidement biorésorbée par l’organisme.

D’autre part, avec le temps, les implants ont tendance à se dégonfler (on appelle cela le “flat”) et outre la baisse du volume de la poitrine, de nombreuses vagues peuvent alors se former sur le sein, en particulier chez les patientes minces, ce qui ne sera pas très naturel.

Pour savoir quel type de prothèses mammaires satisfera vos attentes, il est préférable de s’adresser à un chirurgien expérimenté. Lui seul pourra vous orienter sur le meilleur choix à faire.

Publié le 24/11/2016

Par le Docteur

Docteur Thierry KTORZA

Posez votre question à un chirurgien esthétique

Une réponse est donnée sous 24 heures maximum



* Champs obligatoires

NOUS CONTACTER

1.ÊTRE CONTACTÉ DANS LES 24HR

2.REMPLIR LE FORMULAIRE DETAILLÉ
3.NOS COORDONNÉES
Docteur Thierry KTORZA

Docteur
Thierry KTORZA

25 rue Raynouard
75116 PARIS

contact@lachirurgieesthetique.org

Tél. 01 44 05 13 15

Métro : Passy (ligne 6)

4.PRISE DE RENDEZ-VOUS