Gynécomastie

La gynécomastie est une augmentation anormale du volume de la poitrine chez l’homme, par un développement excessif de la glande mammaire ou de la graisse avoisinante. Elle peut toucher un sein, elle est dite alors unilatérale ou les deux , et est qualifiée de bilatérale. La gynécomastie se définit comme une hypertrophie des seins chez l’homme.

Photo d'une poitrine d'homme sans hypertrophie des seinsPhoto d'une poitrine d'homme sans hypertrophie des seins (gynécomastie)

Les principales formes d’une gynécomastie

La gynécomastie peut être unilatérale ou bilatérale, en fonction qu’elle touche un seul ou les deux seins. Elle peut aussi être symétrique ou non. La gynécomastie chez l’homme est à distinguer de l’adipomastie.

Dans le premier cas, la consistance du sein est ferme à la palpation. La glande mammaire présente une plus forte concentration au niveau de l’auréole. L’adipomastie étant un amas graisseux, le sein qui en est atteint est beaucoup plus mou.

Les principales causes d’une gynécomastie

Cette augmentation anormale peut avoir diverses origines. En chirurgie esthétique, nous voyons essentiellement les patients gênés et complexés par leur poitrine trop volumineuse. Ils se plaignent le plus souvent de ne pouvoir se mettre en tee-shirt l’été ou de se mettre torse nu à la piscine. Ce sont essentiellement les patients présentant une gynécomastie graisseuse ou adipomastie L’excès de poids en est le plus souvent la cause.

Les autres causes de gynécomastie sont le plus souvent médicales et concernent la glande mammaire par déséquilibre entre les hormones mâles (la testostérone) et les hormones femelles (les oestrogènes) :

  • Certains cancers comme le cancer du testicule surtout, mais également le rein ou le poumon qui sécrètent des hormones femelles
  • Des pathologies des glandes endocrines comme l’hyperthyroïdie ou l’adénome à prolactine sont les plus fréquentes.
  • Certains médicaments comme les stéroïdes anabolisants que l’on retrouve chez les culturistes, mais aussi les oestrogènes (utilisés par les transgenres par exemple pour paradoxalement avoir de la poitrine)
  • Les maladies du foie comme l’hépatite, la cirrhose ou l’insuffisance hépatocellulaire.
  • L’alcoolisme

Photo avant et après d'une gynécomastie par le Docteur  KtorzaPhoto avant et après une intervention de gynécomastie par le Docteur Thierry Ktorza.

Comment se déroule une gynécomastie ?

Avant l’intervention de gynécomastie

Afin de faire concorder le traitement et les interventions à prévoir, il est indispensable de bien cerner le problème. La première étape consiste à réaliser une mammographie. Elle mettra en exergue la présence d’un noyau tumoral ou non. Elle définit également la composition du sein, et précise s’il y a un volume excessif de la glande mammaire ou s’il s’agit seulement d’un amas graisseux.

Dans le cas où la radiographie du sein met en lumière une glande hypertrophique, les analyses se poursuivent par une échographie du testicule : la présence d’un nodule anormal expliquerait une production hormonale excessive. Cet examen est associé à un bilan biologique pour vérifier, entre autres, le taux de créatinémie, le dosage de la prolactinémie, de testostérone, de LH (hormone lutéinisante qui stimule la fabrication de progestérone) et de FSH (ou hormone folliculo-stimulante stimulant la synthèse d’œstrogène). Un bilan du foie et une palpation des testicules permettent également d’identifier le problème.

Ce bilan est prescrit par le médecin traitant ou un endocrinologue. Un chirurgien plasticien peut aussi prescrire cet examen endocrinien complet. Après que le bilan ait fourni toutes les informations nécessaires, le chirurgien saura quel type d’opération est nécessaire pour mettre fin au problème.

Pendant l’opération de gynécomastie

S’il s’agit d’une gynécomastie essentiellement graisseuse, la liposuccion est l’intervention qui convient. Dans ce cas, il suffit de réaliser une petite incision au niveau de la poitrine. La graisse est aspirée par cette incision de 3 mm. Dans le cas où, après aspiration, il y a un excès de peau, la liposuccion est associée à un lifting mammaire.

Si c’est une gynécomastie glandulaire, le chirurgien plasticien commence par s’entretenir avec le patient au cours d’une ou deux visites préparatoires. C’est l’occasion d’aborder le déroulement de l’intervention, les risques à prendre en compte et les habitudes à adopter après l’opération. Un rendez-vous avec l’anesthésiste est également à prévoir, dans les deux jours qui précèdent l’intervention.

La durée de l’opération, pour une ablation de la glande mammaire, est d’une heure en moyenne (contre 30 minutes pour une liposuccion en cas d’adipomastie). Pour réaliser cette ablation, une résection est réalisée au niveau de l’hémicirconférence inférieure de l’aréole. La glande mammaire ainsi retirée est envoyée à un laboratoire d’anatomopathologie à des fins d’analyse.

Après l’intervention de gynécomastie

L’intervention est suivie d’une hospitalisation ambulatoire pendant laquelle le patient gardera un bandage autour de la poitrine afin de réduire l’apparition des œdèmes. L’un des principaux risques post-opératoires est l’apparition d’un hématome.

Dans les 24 heures qui suivent l’opération, le patient peut percevoir des douleurs plus ou moins intenses, qui sont calmées à l’aide d’antalgiques. L’activité professionnelle ne sera reprise qu’après une dizaine de jours, et le sport, après trois ou quatre semaines.

Pour apprécier pleinement les résultats de l’intervention, il faut parfois attendre deux mois, le temps que la cicatrisation soit bien avancée, voire achevée, et que les œdèmes se résorbent. Au terme de cette période, le sein doit avoir épousé parfaitement le muscle pectoral.

Tous les autres traitements non chirurgicaux comme les crèmes que l’on peut trouver sur internet par exemple n’ont aucune efficacité prouvée.

Les tarifs et les conditions de prise en charge

Pour une liposuccion (permettant de traiter les gynécomasties essentiellement graisseuses), le budget à prévoir est de 3.000 à 3.500 euros TTC en moyenne.

Les tarifs pour une intervention de correction d’une gynécomastie par ablation de la glande mammaire varient en fonction du fait que l’intervention est prise en charge ou non. La Sécurité sociale mentionne des critères précis pour le remboursement. Trois conditions doivent être remplies :

  • l’intervention est réalisée après un bilan endocrinien complet
  • elle a lieu sur un sujet ayant dépassé la phase pubertaire
  • il s’agit d’une gynécomastie accusée pouvant entraîner des problèmes psychologiques ou sexuels

L’appréciation de ces critères est laissée au chirurgien. La prise en charge est codifiée QEFA 011 pour une gynécomastie unilatérale, et QEFA002 pour une gynécomastie bilatérale. Les prix dépendent aussi de l’ampleur de l’hypertrophie et de la spécificité du cas. Si la Sécurité sociale accepte de prendre en charge l’intervention, ce sera uniquement pour l’hospitalisation. Les honoraires du chirurgien et de l’anesthésiste restent à la charge du patient, car il s’agit d’une chirurgie réparatrice.

Docteur Thierry KTORZA

Posez votre question à un chirurgien esthétique

Une réponse est donnée sous 24 heures maximum



* Champs obligatoires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publié le 24/01/2017

NOUS CONTACTER

1.ÊTRE CONTACTÉ DANS LES 24HR

2.REMPLIR LE FORMULAIRE DETAILLÉ
3.NOS COORDONNÉES
Docteur Thierry KTORZA

Docteur
Thierry KTORZA

25 rue Raynouard
75116 PARIS

contact@lachirurgieesthetique.org

Tél. 01 44 05 13 15

Métro : Passy (ligne 6)