Acide hyaluronique

Acide hyaluronique

L’acide hyaluronique a été découvert au début des années 30 par un biochimiste allemand karl meyer dans l’humeur vitrée de l’œil. Cette molécule synthétisée par la membrane basale des cellules est présente en grande quantité dans les espaces entre les cellules de la peau et contribue ainsi à son hydratation et sa trophicité.

On en retrouve en grande quantité dans le liquide synovial dans lequel baigne les articulations. Il est donc utile pour éviter son usure prématurée et utilisé pour traiter les articulations souffrant d’arthrose. Il est également utilisé pour protéger et hydrater la cornée.

Enfin son champ d’application est immense en médecine et chirurgie esthétique ou il est utilisé pour apporter soutien , volume et hydratation de la peau, que ce soit par des crèmes ou des injections au niveau du derme. Ces injections développées au début des années 2000 ont supplanté le collagène car le risque d’allergie y est exceptionnel.

Sa fabrication industrielle est obtenue par fermentation bactérienne (le streptocoque et plus récemment le bacillus dont le but est d’éviter les endotoxines du streptocoque).

La viscosité du gel d’acide hyauronique dépend de la longueur de ces fibres , ce qui est en corrélation avec la vitesse de dégradation du produit. Plus la viscosité est élevée, et plus le gel subistera dans l’organisme sans dépasser 18 mois toutefois.

Il faut enfin parler du BDDE, qui est un agent réticulant dont le but est d’augmenter la viscosité et l’elasticité de l’acide hyaluronique. Il est donc présent entre les molécules. Si j’en parle c’est que c’est la raison pour laquelle, on emploie plus en France l’acide hyaluronique pour donner du volume dans les seins (le célèbre macrolane) car on pense que cet agent réticulant peut jouer un rôle dans le cancer du sein.

Liste des interventions pratiquées par le Dr. Thierry Ktorza à Paris


Une question ? Le Docteur Ktorza vous répond dans les 24 heures !